Ces joueurs américains qui ont franchi l’Atlantique

#5 Alejandro Bedoya, The Newcomer

bedoya090813

Comme Charlie Davis, Bedoya a appris à frapper la gonfle aux Boston Eagles. Il signe son premier contrat professionnel en Suède avec Orebro, s’envole en Ecosse chez les Glasgow Rangers où il reste un an, avant de revenir en Suède à Helsinborg. Titulaire indiscutable ces deux dernières saisons, l’international américain (19 sélections, 1 but) inscrit 11 buts et délivre 9 passes décisives toutes compétitions confondues avec le club suédois où les supporters le regrette déjà. Le milieu de terrain d’origine colombienne s’illustre également lors de la dernière Gold Cup remportée par les USA. Bedoya finit même meilleur passeur de la compétition avec trois passes décisives.

Il a donc attiré l’oeil des scout européens et surtout ceux du FC Nantes qui ont fait le forcing pour le recruter cet été après avoir échoué à faire venir Slimani. Il a signé trois ans et fait partie de la nouvelle génération de joueurs offensifs américains, lancée par Jurgen Klinsmann. S’il n’a jamais évolué en Ligue 1, Alejandro Bedoya connait malgré tout le championnat puisque l’un de ses meilleurs amis, Charlie Davis, y a joué sous les couleurs du FC Sochaux. C’est donc en connaissance de cause que ce polyvalent milieu de terrain, habile techniquement et disposant d’un coffre important, a choisi de rejoindre le promu nantais cette saison.

#4 Freddy Adu, The Fail

artimgchp-6103J’avais parlé de lui il y’a quelques semaines ici. Le Ghanéen joue maintenant pour Bahia au Brésil après avoir échoué partout où il est passé. Un gros flop pour celui qui était considéré comme un grand espoir du foot à DC United et au Real Salt Lake. Football Manager a permis aussi au joueur de se faire une petite notoriété. En 2008, il rejoint Monaco mais arrive à court de forme. 9 matches au total avec l’équipe pro, et une dizaine de matches avec l’équipe réserve. Le staff monégasque ne se prive pas de critiquer Lil’ Freddy: fainéant, pas combatif et résigné, il revient au Portugal la queue entre les jambes pour encore moins jouer… Comment te dire Adu?

#3 Charlie Davis, The Unfortunate

davies_9Grand espoir du football universitaire, il refuse le contrat génération Adidas et n’attend pas la fin de ses études pour rejoindre la Suède et Hammarby IF où il explose dès sa deuxième saison. Il arrive à Sochaux un an plus tard avec beaucoup d’ambitions et les médias sont plus qu’enthousiastes à son sujet, surtout après l’avoir vu à l’oeuvre en Coupe des Confédérations et en Gold Cup. Il confirme ces espoirs placés en lui en scorant deux fois lors du second match contre Bordeaux, alors qu’il rentre seulement en deuxième mi-temps. Malheureusement, Davis est victime d’un terrible accident de la route à Washington quelques semaines après. Il survit après 5h d’opération mais le miracle s’arrête là. Il ne retrouvera jamais les pelouses françaises et sera prêté, deux ans après son accident, à DC United où il enchaîne les matches. Sochaux le lâche définitivement après avoir compris qu’il ne retrouvera jamais son niveau. Le FC Randers au Danemark y croit mais se trompe complètement en l’embauchant (26 matches, zéro but). New England Revolution lui a donné une énième chance ces derniers jours, et on espère sincèrement qu’il aura dorénavant de jolies choses à raconter sur son Twitter, lui qui détaille sa vie sur ce réseau social.

#2 Carlos Bocanegra, The Captain

rennes-carlos-bocanegra_lightbox_diaposCarlos Bocanegra a déjà un statut d’international confirmé lorsqu’il rejoint Rennes en 2008. Il a débuté au Chicago Fire en 2000 et tente sa chance avec succès à Fulham en 2004. Il devient la coqueluche du club anglais après quatre belles années d’un point de vue personnel. En Bretagne, il récupère le brassard de capitaine à la fin de sa première année en France. Il retrouvera cet élastique à Saint Etienne où il est transféré en 2010 dès sa deuxième saison dans le Forez. Il quitte les Verts à la surprise générale pour rejoindre les Glasgow Rangers et perdra petit à petit sa place en sélection, mais préserve à jamais sa médaille de joueur le plus sexy de France en 2009. Il a signé récemment chez le pire club de MLS, Chivas USA, après avoir vécu une saison compliquée au Racing Santander.

#1 Greg Vanney, The First One

$T2eC16RHJHEE9ny2q8uuBRL6)6bGkQ~~60_35

Après avoir joué avec les UCLA Bruins à l’université, il reste en Californie et signe son premier contrat professionnel avec le Los Angeles Galaxy. Il y reste six ans avant de rejoindre l’Hexagone… pas exactement puisqu’il part à Bastia. En concurrence avec Christophe Deguerville, puis Anther Yahia et David Sauget, Greg Vanney reste tout de même trois ans en Corse, où il joue à 60 reprises avant de quitter le club. Il ne jouait pas assez pour prétendre intégrer la sélection américaine qualifiée pour la Coupe du monde 2006. Il est transféré au mercato 2004-2005 aux Dallas Burns où il continue une carrière honnête. Il termine finalement sa carrière en 2008 là où il a commencé, à Los Angeles et restera à jamais le premier Américain à avoir foulé les pelouses de Division 1 *.

* David Régis est en fait le premier, mais l’ancien joueur de Metz, notamment, a été naturalisé en 1995 après s’être marié à une américaine. Quentin Westberg, l’ancien gardien de Troyes, détient d’ailleurs lui aussi la double nationalité.

Publicités

2 réflexions sur « Ces joueurs américains qui ont franchi l’Atlantique »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s