Ce qu’il faut retenir de cette 5ème journée de MLS

22 buts inscrits lors des huit matches de MLS ce week-end. Deux d’entre eux se sont terminés par un score de 2-2 (Los Angelex Galaxy Vs. Toronto FC et Colorado Rapids Vs. Portland), ces deux matches étant les plus prolifiques.

Le FC Dallas a été la seule équipe en déplacement à revenir avec trois points dans leur bagage. Leur victoire 1-0 contre New England Revolution leur permet de conforter leur première place de la conférence ouest.

Mike Magee a encore frappé. L’attaquant de Los Angeles Galaxy est le meilleur buteur de MLS avec cinq buts en seulement quatre matches, alors que certaines équipes ont joué cinq fois. Le buteur du Toronto FC Robert Earnshaw a aussi scoré pour la quatrième fois de la saison. Il est juste derrière l’impressionnant Magee.

L’Impact Montréal a laissé en route des points pour la première fois de la saison, puisque Kansas City a dominé la franchise canadienne 2-0. Bonne semaine pour Graham Zusi qui a marqué le deuxième but après être donc revenu de sélection avec l’équipe nationale américaine. Kansas City aligne une troisième clean sheet d’affilée.

Thierry Henry a inscrit son premier but en MLS cette saison, sur une assist de Peguy Luynidula. Coïncidence ou pas, New York a remporté sa première victoire de la saison.

New England Revolution est toujours en panne. Même s’ils n’ont encaissé que deux buts depuis le début, ils n’ont fait trembler les filets qu’une seule et unique fois. Leur défaite contre Dallas 1-0 est un parfait résumé de leur saison pour l’instant.

Chivas USA continue de surprendre le monde de la MLS. Les chèvres (c’est leur surnom) sont les premiers à dépasser la barre des 10 buts inscrits avec une moyenne de deux par match. 10 buts inscrits donc, alors qu’ils ont effectué 20 tirs cadrés.

Les Sounders ont un effectif qui font frémir la plupart des autres équipes. Pourtant Seattle est bon dernier. Leur défaite contre le Real Salt Lake 2-1 devraient engendrer quelques changements en coulisses et sur la prochaine feuille de match.

C’était un week-end assez agité en terme de petites histoires, mais une a monopolisé l’attention. Le retour du meilleur joueur  de l’histoire de la MLS, Landon Donovan chez le Galaxy de Los Angeles après un long break. La légende a joué environ 30 minutes en deuxième mi-temps et aurait pu marquer juste après sa rentrée.

Welcome back Landon !

Un oeil sur les matches de ce samedi (5ème journée)

TORONTO FC vs. LOS ANGELES GALAXY

Cette semaine, toutes les attentions se sont tournées vers Landon Donovan, enfin de retour à l’entrainement après un long break. Il ne jouera pas aujourd’hui bien sûr, mais devrait faire son retour début avril. Robbie Keane n’est pas pressé de revenir après son match international avec l’Irlande, c’est donc un duo de jeunots qui devrait débuter: Jose Villarreal et Jack McBean vont se farcir les vieillots de la défense centrale Toronto, Darren O’Dea et Dan Califf.

NEW YORK RED BULLS vs. PHILADELPHIA UNION

Les homme de Mike Petke vont essayer de remporter leur première victoire de la saison contre Philly. Mais ils devront le faire avec une nouvelle défense à cause de la suspension de Brandon Barklage. Jamison Olave, Heath Pearce vont devoir contrôler le jeune attaquant Jack McInerney qui est en grande forme, et Sébastien Le Toux, transgue de New York la saison passée. Thierry Henry est de retour plus tôt que prévu. Il a lui-même avoué que ce n’était pas très prudent, mais il veut absolument aider son équipe.

NEW ENGLAND REVOLUTION vs. FC DALLAS

Dallas est à la tête de la conférence Ouest avec trois victoires et un nul. Mais ils ne pourront pas déployer toute leur force offensive face aux Revolutions. Ni Blas Perez (suspendu), ni Eric Hassli (pas au top de sa forme) ne pourront profiter des services de David Ferreira. Dallas est tout de même grand favori, et la tâche s’annonce dure pour New England.

COLORADO RAPIDS vs. PORTLAND TIMBERS

Bizarre pour les Colorado Rapids de jouer sans Drew Moor, le défenseur qui a joué tous les matches de son équipe la saison passée. Diego Calderon est aussi absent en défense. Attention donc à Diego Valeri, Darlington Nagbe, et Ryan Johnson qui devraient composer le redoutable trio d’attaque de Portland, même si Fredéric Piquionne est à l’affût pour disputer ce match.

SPORTING KANSAS CITY vs. MONTREAL IMPACT

Montréal tentera d’étendre sa série à cinq victoires de rang. Cela serait incroyable, surtout contre une très solide équipe de Kansas City qui jouera chez elle. La soirée risque donc d’être longue pour Marco Di Vaio. Le duo défensif Matt Besler – Aurélien Collin est l’un des meilleurs du pays. Même si ça coince offensivement actuellement pour Kansas City, Zusi peut débloquer la situation à tout moment. C’est LE match de cette 5ème journée.

HOUSTON DYNAMO vs. SAN JOSE EARTHQUAKES

Alors que Houston a récupéré Jermaine Taylor, Oscar Boniek garcia et Brad Davis, tous de retour de sélection, la défense de San José est elle heureuse de récupérer Justin Morrow et  Victor Bernardez. Malheureusement, l’équipe californienne devra faire sans Steven Beitashour, Marvin Chavez, Steven Lenhart et Alan Gordon. Il serait donc surprenant pour eux d’aller chercher un résultat au BBVA Compass Stadium, dans le Texas.

REAL SALT LAKE vs. SEATTLE SOUNDERS

Sigi Schmid le coach de Seattle a plusieurs options en attaque: Va t-il associer pour la première fois la paire Eddie Johnson et Obafemi Martins? Mauro Rosales pourrait être la clé de ce match. Le milieu offensif de Seattle pourrait poser des problèmes à la défense du Real Salt lake. Ni Chris Schuler, ni Abdoulie Mansally n’assument ce poste de défenseur latéral gauche… Attention à cette équipe du Real Salt lake quand même qui récupère leurs internationaux Nick Rimando et Tony Beltran ainsi que Nat Borchers qui revient de blessure.

CHIVAS USA vs. VANCOUVER WHITECAPS

Malgré une intersaison pénible, Chivas USA surprend le monde de la MLS avec un bon départ. Contre Vancouver, ils vont devoir surveiller l’attaquant le plus spectaculaire de MLS, Darren Mattocks qui est on the fire ! Le Japonnais Daigo Kobayashi peut aussi faire mal.

@J_Cortinovis

Frédéric Piquionne, l’envie d’enfin réussir à Portland

Frédéric Piquionne a été très discret jusqu’à maintenant. Rentré en jeu lors du dernier match de Portland, il n’a pas encore vraiment pu briller. La faute aux démarches administratives qui l’ont empêché de se concentrer sur l’aspect sportif . Mais tout semble réglé et sa saison pourra donc réellement débuter samedi contre Colorado Rapids.

7758967642_frederic-piquionne-avec-portland-le-23-fevrier-2013L’attaquant néo-calédonien a rejoint Portland quelques heures avant le match contre Seattle, il y a dix jours. Il était à Paris toute la semaine pour régler les ultimes détails administratifs. Encore jet lagué, il avait été lancé dans les 20 dernières minutes de la partie à Seattle dans une arène hostile de 40.000 personnes qui accueillait dans le même temps sa nouvelle star Obefami Martins. 20 minutes durant lesquelles les Timbers ont souffert pour finalement arracher l’égalisation et ramener un point du CenturyLink Field Stadium (1-1).

« Le stade respirait l’atmosphère foot  » a confié cette semaine Piquionne, visiblement conquis par l’ambiance. Cette dernière a renforcé la décision du français de signer en MLS lui qui a déjà connu de tels climats dans les derbies rhodaniens (OL-ASSE). Le joueur a pu profiter d’un week-end libre, calendrier oblige, pour se reposer après avoir passé beaucoup de temps dans les aéroports. « C’est bien pour moi parce que la semaine dernière, j’étais lessivé !  J’ai eu un programme spécifique pour récupérer et je pourrai être au top samedi. En espérant le jouer. » L’attaquant pourrait être aligné d’entrée de jeu contre les Colorado Rapids.

Ballon de plomb en 2008…

Engagé en début de saison par les Timbers après avoir passé trois ans en Angleterre sans jamais convaincre les dirigeants de ses clubs (Portsmouth, West Ham et Doncaster), il arrive dans l’Oregon pour remplacer les attaquants Brent Richards et Bright Dike, tous deux blessés lors de l’avant-saison et out pour un bon paquet de temps. Il représente plus qu’une alternative avec son physique longiligne qui permettra aux Timbers de jouer autrement, à savoir plus plus haut grâce à sa faculté à conserver le ballon. Mais pour ça, il a besoin de la confiance de ses partenaires. Souvent raillé à Lyon pour ses trop nombreuses maladresses (élu ballon de plomb 2008 devant Ronald Zubar), le joueur a prouvé auparavant à Rennes, Saint-Etienne et Monaco qu’il pouvait être un top player. La concurrence lyonnaise ne l’a pas aidé à l’époque, (Benzema, Fred, Kader keita) pas plus que le climat délétère qui a sonné cette année là la fin de l’hégémonie des Gones en Ligue 1.

L’international français (il compte une seule sélection) est le second frenchie après Mikaël Silvestre à rejoindre Portland. Comme lui, il est passé par une période d’essai avant de signer. Il a reconnu que la présence de son compatriote a rendu les négociations plus faciles. Il pense avoir fait le bon choix: « C’est la meilleure chose pour moi de rester ici. Le coach ainsi que toute l’équipe ont été parfaits avec moi. J’ai toutes les raisons d’être heureux. J’ai 34 ans, je suis aux States, que demander de plus ? Mais je ne vais pas me la couler douce. Le coach attend beaucoup de moi ». Son rôle pour le moment est de soulager les attaquants Darlington Nagbe et Ryan Johnson. Le statut d’international jamaïcain de ce dernier permettra au Français certainement de débuter plusieurs matches. « Je pense que nous avons un bon groupe. Je peux aider l’équipe grâce à mes expériences vécues dans des grands clubs d’Europe. Même si j’ai 34 ans, mes jambes répondent toujours et je vais le prouver ». En attendant de devenir peut être un joueur clé, la saison de Fredéric Piquionne débute samedi.

Source MLSoccer.com

Le bon départ de Chivas USA, le mouton noir de la MLS

Rares auraient été les personnes à prédire un tel départ, surtout après le premier match perdu 3-0 contre Colombus. Seulement voilà, Chivas USA est deuxième de sa conférence après un mois de compétition grâce à sa victoire 4-1 face à Chicago Fire le weekend dernier. Et un homme est particulièrement fier de ce début de saison: José Luis Sanchez Sola alias Chelís.

Cheli, le Nicollin de la MLS
José Luis Sanchez Sola, le Nicollin de la MLS?

Même les Mayas n’auraient pu le prédire. Emmenés par Dan Kennedy, le gardien auteur de parades exceptionnelles et par les exploits de ses attaquants Edgar Mejia et Juan Agudelo, les chèvres (Chivas en espagnol) ont démantelé Chicago d’une manière sans équivoque qui fait sûrement regretter les commentaires calomnieux des journalistes américains du début de saison.

Dirigé par le très controversé José Luis Sanchez Sola alias Chelís, le club considéré comme le petit frère du club mexicain C.D. Guadalajara (les deux clubs sont affiliés) cumule sept points après quatre journées, et ceci après avoir déjà joué le Los Angeles Galaxy, le champion en titre, avec qui il partage le même stade.

Jusqu’ici, le 3-5-2 déployé par Chelís marche superbement. Cette tactique est d’ailleurs à l’image de son entraineur mexicain: original, offensif et spectaculaire. Alors qu’à l’intersaison, le manager mexicain a été accusé par les journalistes « d’hispaniser » volontairement son équipe (neuf départs, six non hispaniques pour quatre arrivées, toutes hispaniques), il a récemment réfuté cet anti-américanisme en mettant en avant un budget limité qui l’empêche de faire autrement. On a du mal à le croire. Voici un condensé des dernières déclarations d’un coach détonant et provocateur pas comme les autres:

Conférence de presse après sa nomination comme manager de l’équipe, en décembre 2012:

« Nous allons tenter de donner un style à l’équipe qui plaira à nos fans (composés pour la majorité de latinos), sans oublier que nous jouons aux Etats-Unis… Nous mêlerons les deux cultures. J’ai l’impression que Chivas a perdu cette technique qui est si importante au Mexique et en Amérique latine. Nous devons rétablir ça. »

Sur l’identité du club:

« Je pourrais nommer, sans souci, 15 joueurs mexicano-américains qui ont joué pour d’autres équipes que Chivas USA. C’est une tragédie ! C’est pareil que d’avoir des filles et de ne pas savoir où elles dorment le soir venu ! Et quand tu les attrapes enfin, elles t’annoncent qu’elles ont eu trois fils pendant ce temps. Tu te demandes comment c’est possible ! »

chelis-eurodotmediotiempodottcom

Sur ses joueurs hispaniques:

« J’oublie qu’ils sont mexicains. C’est comme une salade de fruit. Vous ne faites pas la différence entre le melon et le cantaloup (sorte de melon). Nous sommes Chivas USA, et tous dans la même salade. »

Sur lui-même:

« Je ne veux pas m’exprimer en anglais. La langue anglaise n’a pas assez de verbe pour exprimer ce que je pense. Donc je parle espagnol à mes joueurs. Et si ça ne vous plait pas c’est la même chose »

Sur son mode de vie américain:

« Je ne me vois pas vivre ici plus de deux ans. Ma maison me manque à Puebla, mes amis, mon canapé, ma télé, et l’océan. Puebla n’est peut être pas une ville toujours agréable. Parfois, les gens vous font peur. Mais c’est chez moi. »

Après le match nul de son équipe contre Los Angeles dimanche dernier:

« Je n’aime pas le Los Angeles Galaxy. Vous savez, même si les Ferrari sont de belles voitures, je n’aime pas la marque. Avec le Galaxy, c’est pareil. Je préfère la Mastretta MXT (voiture de sport mexicaine à deux places »

« Notre adversaire a été magnifique (ironique). Ils sont les meilleurs sur le continent. Je respecte ce qu’ils font, mais c’est une équipe new yorkaise (sous entendu, une équipe favorisée par les commissaires de la ligue basés à New York). Ce type d’équipe existe dans chaque pays. Le Real Madrid en Espagne, Boca en Argentine. Et puis il y a le Galaxy ici. »

Sur la difficulté qui attend son équipe avec la rencontre contre Chicago qui se profile:

« Ils vont me jeter des bouteilles dessus? S’il vous plait, je viens du Mexique. J’ai été dans de nombreux stades où dès lors que je posais le pieds sur la pelouse, les supporters se déchainaient et essayaient d’escalader la tribune pour venir me dire ce qu’ils pensaient de ma mère. C’était comme ça pendant 95 minutes. Vous pensez qu’à Chicago, ils vont m’uriner dessus? (rires diaboliques) »