Alex Ferguson, le manager qui a donné la chance aux joueurs Nord-Américains

L’annonce de la retraite d’Alex Ferguson a eu un important impact sur la planète sport. D’abord mardi soir sur internet puis mercredi matin à la lecture des journaux, et ce pour plusieurs raisons. Les Etats-Unis n’ont pas non plus manqué de saluer l’homme qui a permis l’exportation des talents nord-américains.

Ferguson avec sa dernière recrue mexicaine, Hernandez
Ferguson avec sa dernière recrue mexicaine, Hernandez

L’un des nombreux points forts de Ferguson est sa connaissance de la zone CONCACAF et de ses talents. Manchester United a en effet recruté plus de joueurs dans cette région du monde que tous les meilleurs clubs de ces cinq championnats-là: Angleterre, Allemagne, Italie, France, Espagne. Barcelone arrive à la deuxième place avec trois joueurs arrivés du Mexique et un jeune des Etats-Unis.

Sir Alex Ferguson commença à s’intéresser mollement au continent américain avec la proposition d’un contrat aspirant au buteur yankee, Jovan Kirovski en 1992. Son intérêt progressera petit à petit avec comme dernier exemple en date la venue du buteur mexicain, Javier « Chicharito » Hernandez, de Chivas de Guadalajara en 2010 pour 10 millions de £. Durant les deux dernières décennies, le manager écossais a eu la clairvoyance de croire au potentiel athlétique des Américains et aux spécificités techniques des Mexicains, en Angleterre.

Quatre des neuf recrues ont connu le succès avec United. Dwight Yorke (Trinité et Tobago) est devenu une superstar à Manchester. Il faisait partie de l’une des meilleures équipes de Man Utd lors de l’incroyable triplé de la saison 1998-99 et son association avec Andy Cole fut l’un des modèles du genre en Premier League. Tim Howard, le gardien de la sélection américaine, a gagné une FA Cup et une Carling Cup. Owen Hargreaves (sujet sensible pour les Canadiens, le joueur étant né au Canada mais a repoussé la sélection canadienne après avoir obtenu la nationalité anglaise) faisait partie de l’équipe en 2008 qui a remporté la Premier League et la Champions League. Et donc Javier Hernandez qui a gagné à ce jour deux fois le titre de champion d’Angleterre.

Kirovski, le premier américain de Ferguson
Kirovski, le premier américain de Ferguson

Quatre autres joueurs ont éclos ailleurs après leur passage à Manchester. Kirovski le précurseur a gagné la Ligue des Champions avec Dortmund en 1997. Giuseppe Rossi, le natif des Etats-Unis, est devenu l’un des buteurs les plus prolifiques d’Europe à Villarreal avant d’être blessé ces deux dernières années. Il sera par ailleurs de retour avec la Fiorentina la saison prochaine. Jonathan Spector des Etats-Unis a seulement joué trois matches avec Man Utd mais est devenu l’un des hommes forts de West Ham pendant cinq saisons. Il est maintenant l’un des leaders de Birmingham. Kenny Cooper, qui joue maintenant à Dallas, est l’un des meilleurs attaquants de MLS avec 66 buts en 157 apparitions et il rappelle régulièrement l’importance de Ferguson dans son itinéraire de serial buteur. Seul le défenseur gauche, Ian Joy, a connu une carrière contrastée, trimballé d’Allemagne aux USA entre 2000 et 2010.

Les Red Devils sont donc les premiers à avoir eu le courage de faire confiance à des joueurs nord-américains et ont montré la voie d’autres équipes. La moitié de l’effectif de Wigan est ainsi issue de la zone CONCACAF. Il faut le dire, recruter des joueurs de cette zone-là est très rarement une mauvaise affaire vu leur prix. Liverpool a détenu Brad Friedel pendant trois ans et tente vainement d’acheter Clint Dempsey de Tottenham. Arsenal a donné la chance à Danny Karbassiyoon et Carlos Vela mais leurs expériences respectives n’a pas été positive. On attend toujours de voir Chelsea et Manchester City aller dans ce sens là même si les Blues ont récemment fait signer le Mexicain Ulises Davila.

United a été le meilleur ambassadeur du football nord-américain jusque-là et ce grâce à Fergie et son équipe de scouts. Son successeur devra continuer le travail de l’Ecossais. Howard est devenu un joueur de classe mondiale depuis qu’il est sous les ordres du manager d’Everton, David Moyes, alors j’ose espérer que lui ou un autre (Moyes n’a pas encore été officiellement intronisé à l’heure où j’écris ce post) feront venir des pépites made in North America.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s