19 sons Hip-Hop pour les 19 équipes de MLS

khjg

Si vous disposez d’un Lasonic TRC-931 ghetto blaser, c’est le moment de le ressortir. Voici 19 sons Hip-Hop choisis qui s’accordent avec les situations des 19 équipes de MLS. Let the music play !

Chicago Fire: ‘I’m Coming Home’ de Diddy – Dirty Money (Je reviens à la maison)

Après cinq ans de bons et loyaux services à Los Angeles, l’excellent Mike Magee est revenu chez lui à Chicago dans le cadre de l’échange impliquant Robbie Rogers. Il a déjà marqué deux fois avec le club de sa ville (une fois en coupe des USA). Pas besoin pour lui de crier « Tell the World I’m coming home » (dites au monde que je suis de retour), celui-ci est déjà au courant.

Chivas USA: ‘Killing Me Softly’ de The Fugees’ (Me tuant doucement)

Chivas USA meurt à petit feu. La plus déplorable franchise de MLS doit en plus faire face à des soucis judiciaires avec un procès qui devrait laisser des traces. Sur le terrain, l’équipe en est en ce moment à huit matches sans aucune victoire. Aussi, comme le chante les Fugees l’affluence moyenne est au plus bas (« embarassed by the crowd ») L’équipe ne va absolument nulle part si ce n’est à la morgue. La MLS réfléchit à une possible reprise en main de la franchise.

Colorado Rapids: ‘Y.N.R.E (Young Niggas Run Everything)’ de ASAP Twelvy (Les jeunes font tout)

Les jeunes ont pris le pouvoir. En bonne position dans la conférence Ouest pour disputer les playoffs, l’équipe peut remercier son trio irrésistible Clint Irwin – Dillon Powers – Deshorn Brown. « They spaz on everything » (ils prennent le dessus sur tout).

Columbus Crew: ‘Grindin’ de The Clipse’ (en souffrant)

Rigueur, travail à la dure et détermination, aucune autre équipe de MLS ne s’appuie autant sur ces trois termes que le Colombus Crew. Dans la culture Hip-Hop, on résume cette philosophie en un mot: « GRIND ».

DC United: ‘Things Done Changed’ de the Notorious B.I.G. (Les choses ont changé)

Effectivement, les choses ont changé pour DC. L’une des franchises les plus solides de ces dernières années vit une saison chaotique. Avec un départ cauchemardesque (1 victoire, 10 défaites, 2 nuls), le temps des trophées semble très loin et révolu. L’entraineur Ben Olsen fait pour le moment de la résistance, mais pour combien de temps encore?

FC Dallas: ‘Hometown Hero’ de Big K.R.I.T. (Le héro de la ville)

L’équipe texane est en tête du championnat toutes conférences confondues avec 28 points. Son parcours à domicile explique ce classement (7 victoires). A la maison l’équipe est intraitable, ce qui n’est pas le cas à l’extérieur. Ils sont littéralement les « hometown heroes ».

Houston Dynamo: ‘Respect My Conglomerate’ de Busta Rhymes (Respecte mon conglomérat)

L’équipe enchaine les finales de MLS Cup et les grosses performances, pourtant elle reçoit le minimum de couverture médiatique. Surtout si on compare à ce qu’il se passe à Los Angeles ou New York. Dans la rue, on ne demande pas le respect, on l’exige.

Los Angeles Galaxy: ‘Money, Power, Respect’ de The Lox (Argent, pouvoir, respect)

Dans la chanson, the Lox nous informe que l’argent, le pouvoir, et le respect sont les clés de la vie en 1998. Le Los Angeles Galaxy peut donc tranquillement fanfaronner. Le président du groupe AEG est le plus riche des propriétaires (en attendant Carlos Slim à Chivas USA ?) et qui dit argent dit pouvoir. Le respect ? Avec quatre MLS Cup, il s’impose par lui-même.

Montreal Impact: ‘Bet They See Me Now’ de Kwame Darko (Je parie qu’ils me voient maintenant)

Avant que la saison ne commence, personne ne pouvait prévoir que Montréal serait un candidat sérieux au titre pour sa deuxième année seulement en MLS. Champion du Canada, et avec 26 points engrangés en championnat, l’Impact est au sommet de son art. Personne ne l’a vu venir, mais ça c’était avant…

New England Revolution: ‘Feel Like I’m Back’ de Fabolous (Je me sens sur le retour)

Fut un temps, New England était considéré comme une valeur sure en participant à quatre finales de MLS Cup d’affilée. Mais depuis trois ans, l’équipe ne parvient même plus à se qualifier en playoffs. Cette saison, elle refait surface alors forcément, cela fait remonter de bons souvenirs. Welcome back New England !

I’ve been gone, and away (Je suis parti et loin)
For too long, a mistake (Pendant trop longtemps, une erreur)
But right now, I feel awake (Mais maintenant, je me sens éveillé)
I’m feeling like I’m back (Je me sens sur le retour)
Said I’m feeling like I’m back (J’ai dit que je me sentais sur le retour)
Said I’m feeling like I’m back (J’ai dit que je me sentais sur le retour)
Said I’m feeling like I’m back (J’ai dit que je me sentais sur le retour) »

New York Red Bulls: ‘Mo’ Money, Mo’ Problems’ de The Notorious B.I.G. (Plus on a de fric, plus on a d’embrouilles)

Les Red Bulls ont la masse salariale la plus élevée de MLS à cause de leurs joueurs désignés. Pourtant, ces derniers leur ont posé plus de problème qu’autre chose. A commencer par Rafa Marquez, qui fut décrié en interne pour ses performances castastrophiques, son comportement détaché et ses sautes d’humeur.

Philadelphia Union: ‘You’re Da Man’ de Nas (Tu es l’Homme)

Ce choix est une ode à un seul homme: Jack McInerney. Le jeune homme est l’actuel meilleur buteur du championnat avec 10 buts. Cinq d’entre eux ont d’ailleurs permis à son équipe de gagner. Philadelphie lui doit donc son bon classement dans la conférence Est malgré la deuxième moins bonne défense. « You truly are da man » Jack.

Portland Timbers: ‘Slam’ de Onyx (Claquement)

Quelques sons peuvent « matcher » avec la ferveur des supporters des Timbers. Heureusement, Onyx a écrit « Slam » en 1993 et cet hymne se rapproche de cette intensité ambiante ressentie dans les tribunes du Jeld-Wen field. Ses supporters sont les plus originaux. Eux qui ont l’habitude de couper une rondelle d’un tronc d’arbre à chaque but marqué; eux qui allument des fumigènes et jonglent avec; eux qui dessinent des tifos sublimes qui éclipsent les autres efforts des supporters adverses. Eux qui représentent une armée. « Let the boys be the boys.

Real Salt Lake: ‘Can’t Nobody Hold Me Down’ de Puff Daddy and Mase (Quelqu’un peut-il me retenir)

La pré-saison a été agitée à Salt Lake City. De nombreux départs étaient censés affaiblir l’équipe: Will Johnson, Jamison Olave et l’attaquant Fabian Espindola sont partis. Mais même avec tout ce remue ménage, le Real est en tête de sa conférence. Vous pouvez essayer, mais vous ne pouvez simplement pas « hold them down » (les retenir). They « got to keep on moving » (ils doivent aller de l’avant). Et devant, ce sont les playoffs.

San Jose Earthquakes: ‘Till I Collapse’ de Eminem (Jusqu’à ce que je m’effondre)

Depuis quelques années, les Earthquakes ont la mauvaise habitude de mal terminer leurs matches. Cette tendance se confirme en 2013 avec sept buts encaissés dans les 15 dernières minutes.

Seattle Sounders: ‘Gang Green Season’ de Lloyd Banks

Après un début de saison atone, les Sounders ont rebondi. A deux points derrière les Colorado Rapids (avec deux matches en retard) les coéquipiers de Martins ne sont plus qu’à à une place des playoffs. Leur objectif de première victoire en MLS Cup, comme le hurle Lloyd Banks l’a écrit en 2006, « starts now ». Cette saison sera t-elle enfin celle du Gang Green ?

Sporting Kansas City: ‘Work Hard, Play Hard’ de Wiz Khalifa (Travaille dur, joue dur)

La franchise s’est auparavant appelée Kansas City Wiz, alors il est normal que mon choix se soit porté sur Wiz Khalifa. Et s’il y a deux choses que Kansas City applique parfaitement à la lettre, c’est bien cette devise: « work hard, play hard ». L’équipe a atteint les playoffs lors des deux dernières saisons grâce à sa rigueur. Réputé pour sa défense centrale très solide composée de Matt Besler et d’Aurélien Collin, Kansas City est devenu l’une des meilleures équipes à force de travail.

Toronto FC: ‘Ugly’ de Bubba Sparxxx (Moche)

Avant dernier de sa conférence, Toronto joue très mal. Cela ne risque pas « to get ugly here » (de devenir moche ici) parce qu’en fait, ça l’est déjà. Une seule victoire en 13 matches et que de buts casquettes encaissés.

Vancouver Whitecaps: ‘Pain’ de Tupac (Douleur)

Comme pour Tupac en 1994, « so much pain » pour le défenseur charismatique Jay DeMerit lorsqu’il se rompa le tendon d’Achille dès la première journée de cette saison qui était de toute façon initialement prévue pour être sa dernière. Mais finalement, elle n’aura duré que six minutes. Sans leur leader défensif, les Canadiens ont très mal débuté. Mais il semble que depuis leur belle victoire contre les Red Bulls 2-1, ils ont réagi puisque « tired of the strain and the pain » (Fatigués de cette Pression et de cette Souffrance).

Voilà votre mixtape est prête. Enjoy !

 

Source: Bleaching Report

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s