La MLS est aussi une affaire frissons (#BostonStrong)

« Le sport est bien affaire de frissons » disait un dicton. Ce week-end, il était particulièrement vrai. L’avant match de samedi était un modèle de solidarité entre deux équipes rivales de la côte Est, New York et New England. Derrière un tifo où il était écrit « New York stands with Boston », les fans des deux équipes ont marché ensemble dans les rues ornant le Red Bull Arena pour communier suite au tragique évènement de Boston qui a eu lieu dans la semaine. Le sport US, c’est aussi des jolis moments de patriotisme. Ça en agace beaucoup. Moi, ça me donne des frissons.

Un match s’est tout de même joué, et les Red Bulls se sont imposés 4-1, avec un but de Thierry henry. Son 3ème de la saison.

Publicités

Les prêts intra-ligue débarquent en MLS

Breaking news. La MLS vient d’annoncer qu’elle a instauré un nouveau système révolutionnaire qui permet le prêt de jeunes joueurs à l’intérieur de la ligue. Cette nouvelle règle est en fait déjà en vigueur depuis le début de la saison 2013 même si elle n’a toujours pas été utilisé. Nous verrons ainsi quel joueur rentrera dans l’histoire de la MLS en devenant ainsi le premier joueur prêté et emprunté par une franchise.Voici l’explication de ce système:

2012-mls-logos

1) Seulement les joueurs de moins de 24 ans sont concernés par ce système de prêt

2) Les prêts doivent s’effectuer dans une période de transfert bien précise (12 février – 6 mai)

3) Les prêts durent jusqu’à la fin de la saison (les joueurs prêtés retournent dans leur club après la MLS Cup = finale de la MLS)

4) Les négociations financières sont menées seulement par les deux clubs concernés (la MLS n’entre pas dans les négociations)

5) Chaque franchise est libre de prêter ou d’emprunter le nombre de joueur qu’elle souhaite tant qu’elle respecte les règles précédentes

Jusqu’ici, aucune franchise n’a utilisé ce nouveau système. Il leur reste toutefois une quinzaine de jours si elle estiment juger bon d’ d’enrichir leur effectif. Mais toutes les équipes sont complètes puisque les effectifs ont été bâti en début de saison pour être en conformité avec les différentes règles que la MLS instaure. Toujours est-il que cette nouveauté est très intéressante et qu’elle permettra sans aucun doute de donner du temps de jeu aux jeunes joueurs. J’ai quand même envie de dire « il était temps ».

Les pires entraineurs de MLS – le flop 5

La MLS est un championnat atypique et les bons entraineurs se cassent souvent les dents en Amérique du nord. Voici un flop 5 (qui sera mis à jour petit à petit) des pires coaches ayant oeuvré en MLS:

N°5 – Hans Westerhof (Chivas USA – 2007)

La sortie, c’est de l’autre côté Hans

Les coaches néerlandais sont connus en Europe pour être de très bons formateurs, et très à cheval sur l’aspect technique du jeu. Pas en MLS. Les Pays Bas ont produit un des pires entraineurs de MLS de tous les temps. L’ancien coach en chef de Chivas de Guadalajara au Mexique arrive en Californie pour prendre les rênes de Chivas USA, le petit frère du club mexicain. Il est attendu là bas pour arranger les choses après le passage médiocre de Thomas Rongen, l’intransigeant entraineur néerlandais. L’équipe est alors sur une série de 1-8-1 (victoires, nuls, défaites) et aligne des prestations narcotiques. Il faut réagir, mais malheureusement, l’électrochoc ne se fait pas sentir. La fin de saison est aussi pénible que le début (3-14-4) mais Westerhof a au moins le mérite d’animer le quotidien du club en se clashant avec le propriétaire d’abord puis les joueurs ensuite pour des désaccords permanents. Les résultats ne parlent pas pour lui… Il est remplacé illico presto par Bob Bradley, sans armes, ni violence mais avec haine.

N°4 – Carlos de los Cobos (Chicago Fire – 2010)

"We are the Fire" mais you are fired Carlos
« We are the Fire » mais you are fired Carlos

Chicago ne s’est toujours pas remis de la période Carlos de los Cobos. En raison d’une lutte de pouvoir, le Fire est contraint de se séparer  de Denis Hamlett à l’issue de la saison 2009, entraineur très apprécié dans l’Illinois (meilleur défenseur de MLS en 1996, victime d’un AVC en 1997, il est forcé de s’arrêter et intègre immédiatement le staff de Chicago). C’est le Mexicain Carlos de los Cobos, qui connaît alors le succès avec la sélection du Salvador, qui le remplace. Alors que Chicago est l’une des meilleures équipes de MLS à l’époque, ce changement d’entraineur va immédiatement changer la donne. Deuxième de sa conférence la saison précédente, l’équipe n’accède pas aux playoffs lors de la saison suivante et elle macère au fin fond du classement la saison d’après avec pourtant un effectif au top. Il devient l’ennemi public numéro 1 et est finalement viré au cours de celle-ci. La mauvaise gestion de de los Cobos est encore plus flagrante quand son successeur Frank Klopas redresse immédiatement la barre et manque in extremis la qualification en playoffs lors de la seconde partie de saison. Il le fera l’année suivante mais l’équipe reste marquée par cette dévastatrice période. Carlos de los Cobos est reparti au Mexique depuis et on déconseille quiconque de prononcer son nom dans la ville. Il est surnommé « the crook » qui veut dire l’escroc…

N°3 – Piotr Nowak (Philadelphie Union – 2010/2012) 

De gaffes en gaffes...
De gaffes en gaffes…

C’est vrai, statistiquement parlant, Nowak n’est pas le pire des entraineurs. Il a notamment permis à son équipe de jouer les playoffs lors de sa seconde année. Mais ses actions durant son règne à Union ne devraient pas lui permettre de coacher à nouveau en MLS. Voyez plutôt.

Philadelphie a licencié son entraineur pour « négligences » à la suite d’un entrainement où la température excédait les 40°C et où le manager polonais n’avait pas trouvé mieux d’interdire… les bouteilles d’eau ! Auparavant, Nowak a accumulé les bourdes. Il utilisait ainsi son adresse professionnel du club pour postuler à des postes vacants en Europe. Il profitait aussi des largesses du service comptable pour régler ses problèmes financiers quotidiens. Plus grave, il était soupçonné  de vouloir vendre ses joueurs pour garnir son propre compte en prenant des commissions. Lorsque Nowak était sur le point de se faire virer par ses supérieurs, aucun de ses joueurs n’a pris sa défense. Le signe que ses actes ne faisaient plus rire grand monde en interne. Mais Nowak n’allait pas partir sans faire parler de lui une dernière fois. Il a décidé d’attaquer son ancien employeur pour licenciement abusif comme pour faire durer le cauchemar. Le procès est toujours en cours…

N°2 – Aron Winter (FC Toronto – 2011/2012)

Winter rhabillé pour l'hiver
Winter rhabillé pour l’hiver

Le recrutement de Winter à Toronto aurait du permettre au club canadien de lui faire passer un cap, lui qui n’avait jamais accéder aux playoffs. Aron Winter était auparavant le coach de la réserve de l’Ajax d’Amsterdam et son habileté à former et lancer des jeunes talents avaient largement aider le plus grand club hollandais à renouveler son effectif. Malheureusement, Winter n’a jamais compris et cerné la règle du salary cap en MLS.

Sous sa responsabilité, la franchise a effectué de trop nombreuses transactions qui n’ont rien amené de bon à l’équipe. L’effectif est au final très pauvre, et Winter est complètement dépassé par la multitude de règles qui entourent cette période de transfert. Il fait signer Torsten Frings et Danny Koevermans comme joueurs désignés en désespoir de cause mais se brouille avec eux lors de sa deuxième saison. En fait, dire que la seconde année de Winter est un désastre serait un euphémisme. D’ailleurs plusieurs joueurs mettent publiquement en doute les décisions de leur coach. Toronto effectue le pire départ  (0-9-0) dans l’histoire de la MLS et Winter se fait logiquement virer … le lendemain de sa première victoire contre Philadelphie Union.

N°1 – Ruud Gullit (Los Angelex Galaxy – 2008)

Ruud Gullit un brin flemmard à Los Angeles
Ruud Gullit un brin flemmard à Los Angeles

Les résultats du Galaxy sous la houlette de Gullit ne sont pas catastrophiques (6-8-5), mais on peut quand même parler de sacré échec quand on connaît les moyens et les espoirs que les dirigeants californiens avaient placé dans le néerlandais.

Comme son compatriote Aron Winter, Gullit ne réalise pas l’importance de la draft et ne saisit pas toutes les subtilités du salary cap. Il affaiblit dangereusement l’équipe malgré la présence de Landon Donovan ou de David Beckham, ce dernier venant d’arriver aux USA. Gullit est aussi le premier coach qui partage avec Allen Iverson (l’ex joueur de NBA) un dédain incompréhensible pour les entrainements. En effet, il annule plusieurs entrainements dans la saison au plus grand désespoir des joueurs expérimentés et des techniciens de l’équipe. Son salaire de deux millions de dollars par an fait pour moi de Ruud Gullit le plus grand flop de la courte histoire de la MLS.

AT&T prolonge son bail avec la MLS

La MLS a renouvelé le contrat qui le lie avec AT&T, le plus grand fournisseur de services téléphoniques locaux et longue distance de services sans fil des Etats-Unis. Le nouvel accord qui court sur quatre années (évalué à un montant de huit chiffres) fait de la marque de télécommunication américaine le partenaire privilégié du championnat nord américain. Le deal a été conclu la semaine dernière par la branche marketing de la Major League Soccer en adéquation avec la fédération américaine, l’US Soccer.

AT&T MLS All Star Game - Chelsea v MLS All Stars« AT&T est un partenaire très important pour nous » confie David Wright, le responsable marketing de la MLS. « Leur implication est totale et nous leur devons beaucoup depuis quatre ans ». Wright a cependant refusé de commenter les détails financiers du nouveau deal. On sait cependant que le montant annuel que donnera AT&T à la MLS est supérieur au montant de l’ancien contrat qui avait expiré en décembre 2012.

Grâce à cet acte, AT&T reste le sponsor principal de la MLS et accompagnera aussi le MLS ALL-Star Game, le match annuel qui oppose les meilleurs joueurs de la ligue à une top team européenne (Chelsea la saison dernière), qui se déroulera le 31 juillet à Kansas City. Le géant de la télécommunication est omniprésent en MLS depuis 2009 et il est aussi le sponsor de multiples récompenses comme le MLS goal of the week visionné par des millions d’américains chaque semaine sur le site officiel du championnat. Nouveauté cette saison, il sera aussi le sponsor de la récompense MLS’s Rookie of the year qui désigne le meilleur jeune joueur débutant en MLS. Ces récompenses sont très enviées par les marques et ces dernières n’hésitent plus à sortir les dollars pour s’associer à ces awards et donc aux meilleurs joueurs de la saison. Le développement du soccer et les audiences en hausse dans le pays incitent de plus en plus les marques à participer aux appels d’offres de la MLS et de la fédération américaine.

« Nous reconnaissons, même si nous étions circonspects au départ, que la passion pour le soccer est de plus en plus forte dans le pays » admet Greg Skasko, directeur sponsoring d’At&T. « Nos engagements pour la MLS sont plus nombreux, ce qui témoigne de notre confiance. La MLS s’adresse aujourd’hui à tout le monde, la cible est multiculturelle. Le coeur de cible de la MLS est 18-34 ans, tout comme celui d’AT&T. Nous apprécions aussi le fait que la MLS est de plus en plus technophile (tech-savvy) grâce aux technologies employées pour satisfaire les fans. »

La marque installée à Dallas sera aussi le sponsor principal de ce qui sera le match le plus attendu de 2013: le match de qualification pour la Coupe du Monde 2014 qui opposera le 10 septembre à Colombus, les Etats-Unis à leur rival historique, le Mexique. Par ailleurs, la fédération américaine fêtera ses 100 ans d’existence lors de ce match et les locaux, très forts en événementiel, sauront à coup sûr faire de ce match un magnifique évènement. « Entre ce centenaire et ce match de qualification pour la Coupe du Monde au Brésil, 2013 représente peut être la plus grande année dans l’histoire de la fédération américaine » s’exclame Skasko. Un problème mineur pour la marque se posera cependant le 10 septembre. AT&T sponsorise aussi la fédération mexicaine et son championnat…