Le Rivalry Week, une première en MLS

Rivalry weekLa Major League Soccer a tenté quelque chose de nouveau cette année en essayant d’organiser pour le compte de la 3ème journée de championnat des matches opposants exclusivement des équipes rivales (vous verrez que c’est pas toujours le cas). NBC, le partenaire TV de la Ligue, a donc diffusé toute la journée de samedi sept matches de prestige (10h de direct non stop), et va en diffuser deux autres ce dimanche. Avec des rivalités de plus en plus marquées, le championnat devient plus attractif. La MLS l’a bien compris. Place donc au Rivalry Week.

Matches de samedi:

Portland Timbers – Seattle Sounders (1-1)

Avec près de 40 ans d’histoire en commun, la rivalité Timbers / Sounders est l’une des plus importantes dans le soccer puisque les deux équipes avaient déjà une équipe, portant le même nom ou presque à l’époque de la NASL. Les supporters des deux clubs très nombreux ainsi que les projecteurs qui ont accompagné leur entrée commune en MLS en 2009 ont contribué à alimenter la tension entre deux villes distantes de 232 kilomètres. Un derby.

DC United – Red Bulls New York (0-0)

Washington DC et New York ne sont pas des rivaux dans tous les sports, mais les incidents antécédents entre les deux clubs de l’est lors de l’Atlantic Cup en font un match, comme chaque année, très attendu. Par ailleurs, les MetroStars (puis les MetroStars) étaient supposés domptés la MLS depuis son lancement en 1996. Mais c’est bien DC United qui a dominé les débuts du championnat en remportant trois des quatre premières MLS Cup. Le choc entre la capitale et la plus grande ville des USA est toujours quelque chose de particulier. Hier, ce match était aussi attendu pour les débuts en 2013 de Dwayne De Rosario, ancien Red Bull, avec son club de DC United.

Colorado Rapids – Real Salt lake (1-1)

Le duel des Rocheuses aura certes une saveur régionale, mais il est difficile de parler de rivalité tant le Real Salt Lake est (depuis quelques années) supérieur. Même si Denver est une ville plus cosmopolite, c’est à Salt Lake que le soccer a pris forme. La rivalité ici est juste géographique. C’est en quelque sorte une bataille entre le grand frère et le petit frère.

Toronto FC – Impact Montréal (1-2)

Voir l’article : Impact Montréal vs Toronto FC: plus que du soccer  https://majeureliguefootball.wordpress.com/2013/03/14/impact-montreal-vs-toronto-fc-plus-que-du-soccer/

Chicago Fire – Sporting Kansas City (0-0)

La programmation de ce match était une aubaine pour les supporters des deux franchises, alors qu’il aurait été logique d’opposer Chicago à New England Revolution, habitués à livrer des duels acharnés. Chicago est la ville dominante de cette région des Etats-Unis alors que le Sporting Kansas City devient petit à petit une équipe avec une identité forte et est tout simplement l »une des meilleures franchises de l’est. Les fans de Kansas sont de plus en plus nombreux grâce aux bonnes performances de l’équipe, et ils cherchent forcément une équipe à haïr. Ils ont donc déplié la carte des USA et ont pointé la ville de MLS la plus proche d’eux…

New England Revolution – Philadelphie Union (0-1)

Boston et Philly bataillent chaque année pour participer au Super Bowl et soulever la Stanley Cup dans les autres sports, mais de là à parler de rivalité, c’est sûrement exagéré. En fait, ils sont plutôt unis dans leur haine contre New York. Union et Revolution n’ont pas beaucoup d’histoire en commun, mais ils devaient jouer ce week end alors la Ligue a décidé de les opposer par élimination.

San José Earthquakes – Colombus Crew (1-1)

Les Earthquakes ont gagné le Supporter Shield l’année dernière. La logique aurait voulu les opposer à Los Angeles Galaxy qui ont gagné la MLS Cup pour un duel au sommet de Californie. Les deux équipes se sont opposés en playoffs dans des parties acharnées à l’image de ce qui se passe depuis 1996. Mais la Ligue a préféré planifier un duel Los Angeles – Chivas sûrement pour aider l’autre franchise de Los Angeles, qui peine à se populariser, à rameuter du public, car oui le stade sera à coup sûr plein. C’est dommage pour San José et Colombus qui ne sont donc pas rivaux. Colombus Crew aurait quant à lui préféré jouer contre Chicago pour des raisons géographiques. Malheureusement pour les deux clubs, leur partenaire de danse étaient pris. C’est tout de même une jolie affiche.

Matches de dimanche:

FC Dallas – Houston Dynamo (3-2)

« Everything is bigger in Texas » comme le dit l’expression, alors pour les Texans, il s’agit sans contestation aucune du principal match de ce rivalry week. La rivalité entre Houston et Dallas a un enjeu extra-sportif clair. Un antagonisme qui date de la guerre de sécession. Sur le terrain, il y eut des duels pour les moins âpres mais les changements dans les deux équipes au cours des deux dernières années ont calmé les ardeurs.

Los Angeles Galaxy – Chivas (1-1)

Les deux franchises de Los Angeles partagent une même ville et un même stade en commun le Home Depot Center, à l’image des deux clubs milanais ou des deux club de Rome. On le sait, Chivas et LA Galaxy n’ont rien d’autre en commun. C’est le choc des cultures. C’est pourquoi ils se détestent mutuellement malgré un respect voulu par les dirigeants des deux clubs. La Ligue essaye de faire passer ce match pour un « SuperClasico », mais il faut avouer qu’il est difficile de le considérer comme tel. Chivas est clairement l’une des équipes les plus faibles de la MLS (malgré quelques très bons joueurs comme Laurent Courtois) alors que le Galaxy domine la MLS depuis quelques temps.

Publicités

Obafemi Martins à Seattle: la grande évasion

Les Sounders ont annoncé la fin de l’épilogue concernant le transfert de Obafemi Martins. Le nouveau joueur désigné pourrait même être aligné dès samedi contre Portland.

Obafemi Martins débarque à Seattle après un mois de négociation
Obafemi Martins débarque à Seattle après un mois de négociation

Obafemi Martins débarque à Seattle après un mois de négociations. Cela a pris du temps. Les émissaires de Seattle se sont épuisés à réaliser des allers-retours pendant plus d’un mois entre leur ville, située à l’extrême ouest des Etats-Unis, et Valence, à l’extrême est de l’Espagne, pour négocier avec Levante qui ne comptait pas laisser partir sa star aussi facilement. Mais le joueur en avait assez de la Liga et de Levante et a donc décidé de racheter lui-même sa clause de cession, de l’ordre de 3 millions d’euros, afin d’accélérer le processus et de filer dans le nord ouest des USA. Pour Obafemi Martins, racheter sa clause de cession « est un bon deal pour le club et moi et se sera surtout une super chose pour ma famille d’aller aux Etats-Unis. »

Les termes exactes de l’entente ne sont pas connus, mais on sait que l’attaquant de 28 ans sera le dernier des trois joueurs désignés que l’équipe peut compter et qu’il prend cette place au détriment du milieu Christian Tiffert. Il portera le fameux numéro 9, numéro abandonné en 2010 depuis le départ de l’international suisse, Blaise Nkufo.

La longue période de tractation n’a pas été simple pour Martins, et si le Nigérian semble en vouloir à son désormais ancien club, il a hâte d’enfiler le maillot des Sounders: « Levante est loin d’avoir rendu les choses simples. Mais je suis enfin ici, et c’est tout ce qui compte ». D’après son nouveau coach Sigi Schmid, Martins pourrait jouer dès samedi au CenturyLink Field contre Portland dans le cadre du « Rivalry Week » (la semaine des rivalités avec des matches qui opposent des clubs qui se détestent): « Il n’a pas eu l’opportunité de s’entraîner avec nous ou même d’avoir pu échanger avec ses coéquipiers, mais ce qui est super et encourageant, c’est son désir d’être ici, son désir de rester avec l’équipe et de vivre à fond ce premier match à la saveur si particulière ». Il ajoute: « Il connait l’importance de ce match et veut le disputer. C’est un bon exemple pour les joueurs présents ».

Martins, le symbole du changement de politique

Martins a cependant admis qu’il était un peu fatigué à son arrivée à l’aéroport de Seattle-Tacoma International Airport. Et même s’il n’a pas pu s’entrainer depuis deux jours, il est prêt: « C’est pourquoi je suis ici ». Obafemi Akinwunmi Martins pourrait être la pièce manquante du puzzle dans une attaque orpheline de Fredy Montero depuis le début de la saison. Les propriétaires ont affirmé durant la pré saison que la stratégie du club avait changé et que l’argent ne serait plus un obstacle concernant la venue des tops joueurs. La signature de Martins est la preuve de cette nouvelle politique offensive puisqu’elle permet, il faut le rappeler, l’arrivée d’un meilleur joueur d’une équipe issue de l’un des meilleurs championnat du monde.

« Cette démarche est conforme à ce que nous avions promis aux fans. Nos supporters sont les meilleurs de la MLS et méritent une équipe compétitive » Joe Roth, président de Seattle

Martins joue déjà depuis 12 ans au top niveau même si ses clubs sont de moins en moins prestigieux au fil des années. En Angleterre à Newcastle, en Italie à l’Inter de Milan, en Allemagne à Wolfsburg et donc en Espagne à Levante, il collectionne 103 buts en 316 matches. Hormis quelques jolis perles, et d’acrobatiques célébrations qui s’en suivent, il ne devient pas le tueur des surfaces que l’on attendait. Et c’est d’ailleurs un peu en catimini, et surtout gratuitement, qu’il signe l’été dernier à Levante, alors qu’il avait été acheté 9 millions d’euros par Kazan en 2010… La Liga découvre alors un joueur qui a indéniablement du talent (9 buts en 22 matches) mais qui semble pratiquer le football un peu comme on s’entiche d’un hobby. Parfois décisif mais souvent peu concerné par le sort de son nouveau club, Obafemi Martins repense sans doute aux mésaventures et aux drames qui ont marqué sa vie en dehors des terrains. En 2005, alors qu’il évolue à l’Inter, un scandale éclate autour de son âge, puisque d’un coup d’un seul, la fédération nigériane le fait passer de 21 à 24 ans. Martins n’y est pour rien, mais il devient alors le symbole des éternels soupçons de falsification d’états civils.

Victime d’une attaque à main armée

Plus grave, en 2007, celui qui joue désormais à Newcastle, est victime d’une attaque à main armée tandis qu’il sort d’une station essence au Nigeria. Les coups de feu sifflent, mais le buteur sort indemne et traumatisé de cette agression. Faits divers, et gazole, toujours, un an plus tard, la mère du joueur fait partie de la dizaine de victimes qui décèdent lors d’une explosion d’un camion citerne en plein Lagos. De quoi donner envie de se concentrer sur d’autres priorités que le football.

Il a par ailleurs été sélectionné à 38 reprises avec le Nigéria pour 18 buts participant à une Coupe du Monde et trois Coupe d’Afrique des Nations. Il devrait d’ailleurs reprendre l’avion pour cette fois l’Afrique le 23 Mars pour disputer le match qualificatif à la Coupe du Monde contre le Kenya. En attendant, l’ancien compère d’Adriano à l’Inter (les fans des PES apprécieront) va rencontrer ses nouveaux coéquipiers aujourd’hui et préparer le match que les supporters des Sounders attendent particulièrement: « J’ai regardé les matches de Seattle pendant cette période de transfert difficile. Et voir ces supporters…. ils sont complètement fous ! ». Avant d’ajouter: « Ils aiment le football. je veux vraiment voir ce qui va se passer maintenant que je serai sur le terrain… ». Réponse certainement aujourd’hui pour ses grands débuts.

Et Martins est effectivement rentré en jeu...
Et Martins est effectivement rentré en jeu…

Diego Valeri: « Je voulais tellement venir en MLS »

Diego Valeri, le nouveau milieu offensif argentin des Portland Timbers a décroché une première récompense individuelle à peine la saison commencée. Son premier but en MLS le week end dernier contre New York a été désigné Goal of the week. Mais au fait Diego, qui es-tu?

12369018-essayDiego Valeri est un joueur qui suscite toujours autant d’attention en Argentine. D’ailleurs si vous demandez à n’importe quel acteur du championnat local s’il le connait, il vous répondra d’une manière qui ne laisse guère de doute: le milieu offensif de 26 ans est tenu en haute estime dans son pays natal. Pour tout dire, son départ en MLS a été une énorme surprise, mais ce que les gens ne savent pas, c’est que la Major League Soccer a toujours été son championnat de cœur. Il avait d’ailleurs appris l’anglais un an auparavant, comme pour mieux provoquer le destin.

« Je voulais tant jouer pour cette Ligue qui progresse tant, et pour Portland ! » a confié Valeri à FutbolMLS.com. « J’ai eu ce désir plusieurs fois lorsque je jouais en Argentine à Lanus, alors quand j’ai enfin eu une offre de là bas, je n’ai pas hésité ». Après sa première partie contre New York (3-3) , beaucoup de clubs vont regretter de ne pas avoir saisi cet appel du pied et de ne l’avoir débauché.

Même s’il est trop tôt pour le savoir, ce transfert a tout l’air d’être un très joli coup pour les Timbers. La venue du technicien était un objectif majeur au sein du club, et cela a ravi le joueur qui s’est dit impressionné par les ambitions du club.  Il a snobé les offres venues de Turquie, du Mexique, du Brésil et bien sûr d’Argentine mais il ne faut pas le prendre mal; de toutes façons, il n’avait de yeux que pour la MLS.

Trois sélections nationales avec l’Argentine malgré Messi et les autres

Diego Valeri, lors de son prêt à Porto en 2009
Diego Valeri, lors de son prêt à Porto en 2009

« Le truc, c’est aussi que Portland a une organisation très pro. C’est un club avec une histoire, et ce n’est pas si commun que ça en MLS. J’aime cette idée de venir ici et de remporter des titres avec les Timbers. » Il continue: « A mon âge, c’est fondamental d’être dans un club qui est sûr de ses objectifs. Être dans une équipe capable de gagner des trophées est réjouissant pour n’importe quel joueur et les conditions sont réunies ici. »

Mais qui est donc ce joueur que les Timbers voulaient absolument? C’est un technicien d’1m77, créatif et élégant sur le terrain, qui détient trois sélections avec l’Albiceleste, toutes obtenues en Copa America, mais qui en auraient probablement plus si la concurrence ne s’appelait pas Messi, Pastore, Di Maria & cie. Il a aussi joué en Europe, lors de prêts à Porto en 2009 (25 matches) et à Almeria (12 matches) la saison suivante. Il a récemment été élu parmi les trois meilleurs joueurs argentins du championnat argentin en compagnie de Juan Roman Riquelme et Rodrigo Brana.

Son fameux but avec Portland élu Goal of the week. « He said Hello to Portland » conclu le commentateur

Cette envie de joueur en MLS, il l’a depuis qu’il a assisté à un match opposant les Galaxy aux Red Bulls au Home Depot Center à Los Angeles lors d’un voyage aux USA avec son équipe de Lanùs. Il s’est ensuite renseigné auprès de son ami du Real Salt Lake, Javier Morales: « Il me questionnait toujours sur la MLS avec un grand sourire » avoue aujourd’hui son copain de toujours avec qui il  a débuté en Amérique du Sud. Son ancien entraineur en Argentine et ancienne idole de Boca Juniors, Guillermo Barros Schelotto, a aussi dit beaucoup de bien de la Ligue, lui l’ancien joueur de Colombus. Schelotto est confiant sur l’impact que le joueur, en prêt pour un an à Portland, pourrait avoir. D’ailleurs, il est sûr que les Timbers vont déclencher la clause qui leur permet d’acheter le joueur à tout moment. Le joueur, vous l’avez compris, en serez ravi. D’autant plus que sa femme et sa fille sont très heureux dans cette ville de l’Oregon, très verte et très belle. »Les gens sont cool. Ils sont calmes et très respectueux » dit l’homme qui, par ailleurs, étudie la spiritualité et les sujets théologiques quand il ne joue pas. « J’espère que je resterai longtemps ici ».

Source: mlsoccer.com

Le récap’ de la 1ère journée de MLS

Philadelphia Union 1-3 Sporting Kansas City

Goals: Philadelphia Union—Sebastien Le Toux 17’; Sporting Kansas City—Graham Zusi 41’, Oriol Rosell 66’, Claudio Bieler 83’

Man of the Match: Graham Zusi a été l’élément essentiel de la victoire du Sporting. Le milieu a fini le match avec un but et deux passes décisives.

Le retour de Le Toux: Le compte de fée de Le Toux a pris fin à la 22ème minute lorsque l’attaquant a loupé la balle de break alors qu’il avait ouvert le score à la 17ème minute d’une superbe reprise après un lovely contrôle.

Vancouver Whitecaps 1-0 Toronto FC

Goals: Vancouver Whitecaps—Gershon Koffie 59’

Man of the Match: Koffie a certes marqué le but, mais c’est le talent de Kobayashi qui a éclaboussé cette rencontre. C’est d’ailleurs lui qui sert le Ghanéen sur le but.

La blessure de Jay DeMerit: Le capitaine a été forcé de quitter ses partenaires. Gêné par son tendon d’Achille depuis quelques temps, il pourrait être éloigné des terrains pendant un certain temps.

Houston Dynamo 2-0 DC United

Goals: Houston Dynamo—James Riley (OG) 80’, Ricardo Clark 89’

Man of the Match: Le milieu défensif de Houston Ricardo Clark a obtenu le pénalty du premier but, a défendu sa cage comme un tigre, et a en plus conforté son équipe en scorant le deuxième but.

Toujours pas de De Ro: L’année dernière, DC avait été forcer d’affronter le Dynamo sans son capitaine Dwayne De Rosario à cause d’une blessure. Cette année, c’est à cause d’une suspension pour « conduite violente » qui a mis en péril la santé de son adversaire Danny Cruz.

FC Dallas 1-0 Colorado Rapids

Goals: FC Dallas—Jackson 11’

Man of the Match: Matt Hedges et George John la paire défensive de Dallas a bloqué toutes les tentatives adverses. Ils partagent donc logiquement la récompense.

La blessure de Matt Pickens: Ceus, le gardien des Colorado Rapids a débuté suite à la blessure du titulaire du poste Matt Pickens. Malheureusement pour lui, Ceus est l’auteur d’une terrible bourde qui cause la défaite de son équipe.

Seattle Sounders 0-1 Montreal Impact

Goals: Montreal Impact—Davy Arnaud 35’

Man of the Match: Davy Arnaud a marqué un super lob et aurait pu marquer un second but si sa tête piquée n’avait pas trouvé la barre. Exemplaire.

La blessure d’Andy Rose: Le milieu des Sounders est sorti à la 62ème minute, il a été victime d’une contusion à l’épaule. Sale soirée pour Seattle.

Chivas USA 0-3 Columbus Crew

Goals: Columbus Crew—Federico Higuain 51’, Josh Williams 88’, Dominic Oduro (90’ + 4’)

Man of the Match: Federico Higuain continue sur sa lancée de la saison dernière. S’il répète ce genre de performance, il sera MVP 2013, lui qui a déjà hérité du titre du meilleur débutant en MLS en 2012.

La performance de Dan Kennedy: Chivas en a pris trois, mais si Dan Kennedy n’avait pas été très bon, le score aurait été pire. Chivas qui était invaincu en matches amicaux doit faire face à la réalité de la MLS, eux qui ont affronté des équipes amateurs lors de la pré-saison.

Los Angeles Galaxy 4-0 Chicago Fire

Goals: LA Galaxy—Magee 38’, 68′, 74′ , Robbie Keane 80′

Man of the Match: Il aurait pu en marquer 5, mais il s’en contentera de 3. Le remplaçant de Donovan était dans tous les bons coups. Mike Magee se souviendra longtemps de son premier hat trick.

Chicago battu dans tous les domaines: Trois nouveaux milieux dans le XI de départ pour ce premier match, et c’est toute l’équipe de Chicago qui a semblé perdu sur le terrain.

Portland Timbers 3-3 New York Red Bulls

Goals: Portland Timbers—Diego Valeri 14′ , Nagbe 56′, Olave (csc) 83′; New York—Fabian Espindola 9′, 24′, Jamison Olave 28′

Man of the Match: Diego Valeri a marqué un magnifique but plein de finesse après un numéro splendide dans la surface qui ponctue un très bon premier match de MLS. Il a justifié et balayé les doutes sur son statut de joueur désigné.

Une première difficile pour Mikaël Silvestre: Impliqué sur les trois buts encaissés, il a condamné sa défense au lieu de la rassurer. Sur les deux premiers, il comment deux erreurs incompréhensibles.

San José Earthquakes 0-2 Real Salt Lake

Goals: San José Earthquakes—Álvaro Saborío 71′, 85′

Man of the Match: Fabian Espindola est parti à New York, mais son buteur costaricain Álvaro Saborío a été parfait. Il a frappé dans les 20 dernières minutes et a permis à son équipe de gagner un match de prestige.

La 30ème du capitaine du Real Salt Lake: Kyle Beckerman est un capitaine modèle. Il a su calmer ses coéquipiers quand il le fallait et les remuer à des moments propices. Joao Plata quant à lui a assumé son rôle d’impact player puisque le score était encore vierge lorsqu’il est entré sur les pelouses.