Les plus grosses déceptions en MLS jusqu’ici

Il est temps de parler des plus grandes déceptions que ce premier tiers du championnat nous a offert jusque là. Si certains joueurs et équipes ont pu récemment s’extirper de la liste, d’autres auront à coeur de retourner la situation.

DC United

C'était la belle époque...
C’était la belle époque…

La saison dernière, le jeune manager Ben Olsen était considéré comme un coach en devenir après avoir mené DC en finale de la conférence Est. Cela semble s’être passé il y une éternité tant le contraste aujourd’hui est saisissant. Sept défaites de rang cette saison ! La 19ème et dernière place du championnat lui appartient, et il n’y a rien à redire. Les raisons ? Il y en a beaucoup. Un gardien international en très grande difficulté, des erreurs défensives terrifiantes et un leader, Dwayne De Rosario, pour ne citer que lui, au fond du gouffre en sont trois évidentes parmi tant d’autres. Mathématiquement, si rien n’est encore décidé, on ne voit pas comment la franchise de Washington peut rattraper son retard surtout qu’au fil des matches, la situation, l’ambiance et le jeu de l’équipe semblent se dégrader toujours un peu plus. Ben Olsen attend plus que jamais une victoire pour respirer mais en aura-t-il le temps ? Pour le moment, il fait de la résistance.

Steven Lenhart et Alan Gordon (San José Earthquakes)

Cette photo date evidemment de l'année dernière aussi
Cette photo date evidemment de l’année dernière aussi

Si Wondolowski a été élu MVP de la saison dernière, Steven Lenhart et Alan Gordon l’ont beaucoup aidé en lui ouvrant systématiquement la voie lors de la surprenante performance de San José, vainqueur du Supporter’s shield. Les deux joyeux lurons sont absents, physiquement. Souvent blessés, l’un comme l’autre ont plus passé de temps en dehors du terrain que sur les pelouses. Pire, Gordon a été suspendu trois matches pour une insulte homophobe. Lenhart lui a été sanctionné deux matches pour s’être essuyé les crampons sur le visage d’un défenseur. Quand rien ne va… Wondolowski espère pour ses stats que ses deux généraux vont vite rectifier le tir.

Jose Luis “El Chelís” Sanchez Sola et Chivas

Lève les mains en l'air Chelis, fais plus de connerie !
Lève les mains en l’air Chelis, fais plus de connerie !

Le manager de Chivas, plus connu sous le pseudonyme de « El Chelis », a apporté des tactiques innovantes en MLS. Là où la plupart des équipes utilisent le même schéma, Chivas lui joue avec trois défenseurs. « El Chelis » prône l’attaque et c’est tant mieux ! Mais seulement en théorie car la pratique montre autre chose. Efficace en début de saison, Chivas prend l’eau depuis peu et se montre terriblement inoffensif. Ils se retrouvent dans le ventre mou du classement après un départ surprenant ; quelle déception ! La roue a arrêté de tourner. Toutefois, l’équipe peut revenir d’autant plus qu’elle sait maintenant qu’elle peut être brillante, mais le départ soudain de Juan Agudelo pour New England affaiblit encore plus le secteur offensif. La saison peut devenir longue pour les chèvres des Etats-Unis. C’est leur surnom, hein !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s