Les impitoyables Playoffs 2012

Après la saison régulière où les joueurs ne ressentent pas spécialement la pression du résultat, les cinq meilleures franchises de chaque conférence s’affrontent maintenant en playoffs. Une sorte de phase finale (comme en Ligue des Champions après les phases de groupe). Ces matches aller-retour ne font pas l’unanimité chez nous. Certains les aiment pour la montée progressive d’adrénaline. D’autres ne les apprécient guère en estimant qu’ils privilégient la forme du moment au détriment de la régularité sur une saison entière. C’est pourtant une spécialité bien ancrée dans la culture nord-américaine présente dans les autres sports majeurs.

Screen-Shot-2012-10-29-at-2.29.26-PM1-1024x791
Les playoffs: L’Ouest contre l’Est. Imaginez la même chose en France avec une conférence Nord et une Conférence Sud…

NBA, NHL, NFFL etc… Les Ricains adorent le système des playoffs car il leur offre des matches divertissants et spectaculaires. Les joueurs, eux, ressentent une grosse pression sur leurs épaules, qu’ils n’ont pas en saison régulière, puisqu’une erreur lors des playoffs peut mettre fin à la saison de leur franchise. Et ce n’est pas Rafa Marquez qui dira le contraire…Tout est remis en jeu à chaque match. Ailleurs, on préfère récompenser le champion par sa régularité sur toute une saison. Le seul vrai souci pour moi, c’est que ce système de playoffs fait affronter la meilleure équipe de chaque conférence en finale, alors que parfois, les deux meilleures équipes peuvent se retrouver dans la même conférence. C’est dommage. Retour sur les Playoffs de la saison 2012.

Conférence Ouest:

Real Salt Lake - Seattle Sounders
Salt Lake City cherche un buteur, mais ça ne sera pas Freddy Montero de Seattle apparemment

Le Real Salt Lake (2ème) connait une fin de saison compliquée et confirme ses grosses difficultés à marquer contre Seattle alors que lors des deux matches, les Sounders (3ème) sont pourtant réduits à dix. Seattle arrive finalement à scorer un petit but lors du match retour et gagne son ticket pour la finale de la Conférence Ouest. Le Real est prié de recruter un buteur pour la saison prochaine, merci.

L’autre demi-finale de la Conférence est la plus attendue. Le Montpellier des USA, San José Earthquakes, versus le tenant du titre, Los Angeles. Une demi-finale 100% californienne. San José marque un but sur le terrain de Los Angeles à la dernière seconde lors du match aller (0-1) et s’offre un boulevard pour aller en finale. D’autant plus que San José mène au bout de quatre minutes lors du match retour. Il faudrait un tremblement de terre pour que les Earthquakes n’aillent pas en finale…. Mais Robbie Keane fait parler son statut de joueur désigné à Los Angeles pour inscrire un triplé et dégoûter définitivement San José, auteur d’une incroyable performance en MLS cette saison et qui sort donc dès les demi-finales. (1-3).

Robbie Keane on fire lors des playoffs
Robbie Keane on fire lors des playoffs

La finale de la Conférence oppose donc Seattle à Los Angeles, et le Keane is back. Un doublé au match aller (3-0), et un but au match retour permettent grandement à Los Angeles d’accéder pour la deuxième fois d’affilée à la grande finale de la MLS Cup, malgré la victoire de Seattle au match retour (2-1). Robbie Keane ne saute pas, n’est pas marseillais, mais se gave littéralement durant ces playoffs !

 

Conférence Est:

A l’Est on assiste à l’élimination surprise des New York Red Bulls dès les demi-finales contre DC United. Un match nul à l’aller et une défaite au retour que les supporters mettront sur le dos de Rafael Marquez, expulsé bêtement, et de l’entraineur suédois Hans Backe, pas prolongé à la tête des désormais Dead Bulls.

Il ne faisait pas bon d’être en tête de sa Conférence puisque Kansas City sort de la compétition plus tôt que prévu à cause d’un match aller totalement loupé (2-0). La victoire au match retour ne changera rien. Houston est en finale de Conférence. Les Blues nourrissent de gros regrets car avec San José, ils étaient les favoris au vu de leur saison. Le Sporting se rattrape tout de même avec la Coupe des USA, mais elle n’a pas la même saveur que la MLS Cup.

Will Bruin (23 ans), grand artisan de la réussite de Houston
Will Bruin (23 ans), grand artisan de la réussite de Houston

Le Dynamo de Houston, auteur d’un début de saison catastrophique ne cesse de monter en puissance et s’impose en finale de la Conférence Est contre DC United à l’aller (3-1) et assure au retour (1-1) malgré un but de Branko Boskovic. Le joueur désigné de DC fait d’ailleurs ses adieux au RFK Stadium de Washington ému ce soir là, magnifique enceinte de 45 000 places.

La MLS Cup

C’est le nom donné à la grande finale des deux vainqueurs des deux conférences. L’affiche de la finale de la Coupe MLS est la même que celle de l’an dernier : LA Galaxy – Dynamo Houston. Le match se joue à guichets fermés à Carson au Home Depot Center, le Stade du Los Angeles Galaxy, puisqu’il est le tenant du titre. Beckham joue son dernier match avec la franchise de Los Angeles. Et il est en grande forme…

Le mieux est de regarder le résumé du match. J’adore la scénarisation/réalisation de l’avant match ! Ça, c’est les States !

 

@j_cortinovis

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s